Autonomie : la prochaine génération d’événements


Une enquête mondiale menée récemment par Radisson Meetings a révélé que la grande majorité (76 %) des planificateurs d’événements affirment que l’événementiel doit maintenant refléter une bien meilleure compréhension des questions liées à la durabilité, à la diversité et à l’inclusion. La recherche révèle en outre que les planificateurs d’événements qui rapportent un retour sur investissement de plus de 25 % sur leurs événements sont beaucoup plus susceptibles de prendre en compte les questions de durabilité, de diversité et d’inclusion.

Selon Inge Huijbrechts, vice-présidente mondiale chargée de la Responsabilité commerciale, et de la Sûreté et Sécurité chez Radisson Hotels Group, cette évolution vers des événements plus durables a été motivée par les progrès d’ensemble réalisés à l’échelle mondiale.

Inge Huijbrechts ajoute : « Au lendemain de l’accord de la COP 21 [Accord de Paris des Nations Unies], le secteur privé s’est posé la question : ‘Que doit faire le secteur privé pour contribuer à la réalisation de cet objectif mondial ?’ « D’ici 2030, l’empreinte carbone de l’industrie hôtelière doit être réduite de 60 % et de 90 % d’ici 2050. »

Préparer le terrain

Alors, comment les planificateurs d’événements peuvent-ils convertir ces objectifs de l’industrie en une action concertée sur le terrain ?

Mettre en place des événements plus durables ne se fait pas du jour au lendemain. Il s’agit d’un engagement continu et à long terme qui nécessite une attention particulière avant, pendant et après les événements, et qui concerne toutes les étapes de la chaîne logistique.

L’une des premières mesures les plus importantes que les entreprises puissent prendre pour rendre les événements plus durables consiste à engager des ressources internes. Confier la mission globale à un cadre supérieur garantira la prise en compte des objectifs de développement durable.

Sensibiliser le public aux questions de développement durable est une autre étape cruciale que les planificateurs d’événements doivent gérer comme une importante phase préparatoire. Pour David Fiss de Sustainable Brands, le fait d’éviter d’utiliser des articles à usage unique démontre comment une collaboration entre planificateurs d’événements et sites peut créer un changement.

« Il fut un temps où nul d’entre nous ne considérait les pailles comme des éléments négatifs, et il est difficile de se souvenir de ce temps-là, car tout a changé très rapidement », explique-t-il. « C’est l’exemple parfait d’un problème qui, en devenant mondial, crée une prise de conscience et incite ensuite les gens à agir en conséquence. Maintenant, c’est difficile de trouver une paille en plastique. »

Outre d’importants travaux préparatoires, il existe de nombreux exemples montrant comment les planificateurs réduisent l’impact environnemental lors d’événements. Ils peuvent notamment garantir la compensation carbone des trajets depuis et vers les aéroports aux ressources d’aliments locaux et saisonniers, et utiliser le numérique pour transmettre les informations événementielles.

Lors de grandes assemblées d’entreprise, des milliers de cordons en plastique ne sont portés que quelques jours avant d’être mis à la décharge. De nombreux planificateurs cherchent à améliorer cela par le biais d’une récupération ou d’un recyclage des cordons. Salesforce, par exemple, a réussi à collecter plus de 2 000 cordons lors de son événement Dreamforce en novembre 2018.1

D’autres planificateurs font la différence grâce aux menus qu’ils servent lors d’événements. Dans le cadre de ses efforts pour atteindre la norme industrielle ISO 20121, l’éditeur B2B et la société d’événements Incisive Media2s’est récemment engagée à réduire la quantité de viande rouge dans leurs menus et à n’offrir que du poisson provenant de sources durables.

Promouvoir des normes telles que ISO 20121 est un engagement majeur et a permis à un certain nombre de planificateurs d’atteindre leurs objectifs de développement durable. En 2013, le concours Eurovision de la chanson3 a obtenu le statut ISO lors de son spectacle de Malmö, en Suède, grâce à des initiatives telles que la promotion des transports en commun pour ses 100 000 visiteurs, la restauration écologique issue de la production locale et l’offre aux participants de bouteilles d’eau réutilisables.

Des événements prestigieux parviennent également à faire la différence en matière de développement durable. Lors du Forum économique mondial (WEF), des dirigeants politiques et des chefs d’entreprise du monde entier se réunissent à Davos, congrès qui laisse une empreinte carbone importante. Conscient de ce fait, et conformément à son engagement en matière de développement durable, le WEF compense4 en achetant des quantités correspondantes de crédits carbone auprès de South Pole, une organisation qui soutient des projets de réduction des émissions.

Chez Radisson Hotel Group nous nous concentrons d’abord sur la transformation des émissions en impact lors de nos réunions 100 % neutres en carbone. Nous sommes fiers d’être le seul groupe hôtelier à compenser automatiquement l’empreinte carbone de chaque réunion et événement se déroulant dans nos hôtels. Chaque année, nous compensons plus de 38 300 tonnes de CO2, ce qui équivaut à retirer 8 300 voitures de la circulation.

L’empreinte carbone de Radisson Meetings est compensée grâce à un partenariat avec First Climate, l’une des plus importantes organisations mondiales de compensation carbone, ainsi que via des projets visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et ayant des retombées sociales positives.

Partager nos récits de réussite

L’engagement envers la durabilité ne s’arrête pas quand un événement se termine. Il est important que les planificateurs partagent leurs expériences avec les participants afin de maintenir l’élan pour les événements à venir.

David Fiss de Sustainable Brands admet que, par le passé, certaines marques hésitaient à parler de durabilité. « Il existe un concept d’écoblanchiment (greenwashing) », dit-il. « Mais il y a son contraire : le silence vert ou la modestie verte, quand les marques hésitent à parler de leurs réussites. Une des raisons pour lesquelles nous recommandons le partage des réussites est que ces dernières favorisent une prise de conscience et font boule de neige en termes de changement systémique. »

Cela signifie qu’il faut faire état de la durabilité lors des discours liminaires, dans les courriels de suivi et dans tout contenu post-événement partagé avec une communauté plus étendue de délégués.

Intelligent, durable, lucratif

Ce ne sont là que quelques exemples des pratiques durables dont devraient s’inspirer les planificateurs d’événements et les sites. Associez cette meilleure pratique à la prise de conscience croissante qu’une entreprise plus responsable est souvent plus rentable, et la durabilité est alors en voie de devenir la norme dans l’industrie de l’événementiel.

« Il ne suffit pas de dire : ’Distribuons des stylos’ », conclut David Fiss. « Les gens veulent plus de créativité. Mon hypothèse est que la durabilité incite de nombreux organisateurs d’événements et sites à faire quelque chose de différent, à s’engager de manière positive, à devenir plus innovants. Et cela aura un effet sur leurs résultats. »

1 https://www.salesforce.com/blog/2017/12/most-sustainable-dreamforce.html
2 https://events.businessgreen.com/digital_assets/23431/Sustainability_Policy_Events.pdf
3 https://www.iso.org/news/2013/09/Ref1789.html
4 https://www.weforum.org/about/sustainability-world-economic-forum

Une expertise locale, une vision globale

Pour plus de conseils et d’analyses, et pour découvrir comment nous pouvons vous aider, n’hésitez pas à nous contacter.

Nous contacter